top of page

Eysines : Medeina, la thérapie par les animaux

C’est chez nos voisins, à Eysines, que je me suis rendue, chez Medeina plus exactement, une association créée et gérée par deux fées qui ont offert à de nombreux animaux une nouvelle et meilleure vie. Accueillie par l'une d'elles, Nina, j’ai pu découvrir l’histoire et le fonctionnement de ce fabuleux projet.


Bonjour Nina, Medeina, c'est quoi ?

Medeina est une association de médiation par l’animal qui intervient en itinérance sur toute la Gironde auprès de personnes vulnérables et/ou en situation de handicap. Medeina accueille également ce même public sur site. Le nom a été choisi par Marie (l'autre fée). Medeina est une déesse lituanienne, elle est la souveraine de la forêt, des arbres et des animaux.


Vous indiquez sur votre site "médiation animale" et "ferme refuge thérapeutique" ; s'agit-il d'une même activité ?

La médiation animale est l’activité que l'on dispense alors que la ferme refuge thérapeutique est le lieu où on la pratique.


Comment est née cette association ?

C’est Marie qui a fondé l’association en septembre 2020. Educatrice spécialisée de formation, c’est lors de ses études qu'elle a découvert la médiation animale et a tout de suite mis en place son projet. En 2021, Marie s’est formée pour devenir Chargée de projet en médiation par l’animal au sein de l’Institut Agatéa.


Quant à moi, Nina, j’étais animatrice socioculturelle et j’avais une passion pour les animaux, mais je ne voyais pas comment intégrer cette passion à ma profession. Je me suis formée en tant que soigneur animalier et c’est au cours de mon stage que j’ai rencontré Marie qui travaillait à ce moment-là à la ferme des Iris à Lormont. Elle m’a parlé de son association et de son projet de ferme thérapeutique qui permettrait d'accueillir des groupes dans un cadre thérapeutique tout en sauvant des animaux. J’ai rejoint l'aventure et continué à me former avec Marie. Je prépare actuellement une VAE au sein du même institut.


 

 

Comment fonctionne la ferme thérapeutique ?

Le terrain sur lequel nous sommes depuis 2022 est mis à disposition par la mairie d'Eysines. Avec l’aide de nos familles et amis, nous avons effectué tous les travaux nécessaires et inauguré Medeina le 29 mars 2023.


Il faut savoir que nous ne sommes pas un site ouvert au grand public : nous recevons des groupes à vue thérapeutique et consacrons cet espace et ce temps à eux, sans distraction.


Nous sommes deux salariées à plein temps, une quinzaine de bénévoles et bien sûr le président et la secrétaire de l'association. Après deux ans de bénévolat, Marie est devenue directrice salariée grâce au Fonds Social Européen (FSE). Je suis depuis récemment en contrat aidé.


Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est la médiation animale ?

Il s'agit de mettre en lien un humain et un animal au travers d'objectifs individuels ou collectifs (travailler la mémoire, la concentration, la motricité, la communication, l’apaisement, etc.). Il existe de nombreuses problématiques que l'on peut travailler avec la médiation animale. Nous créons aussi beaucoup de supports nous-mêmes (visuels, objets de travail, etc.). L’animal sera toujours présent mais pas forcément actif.


Nous proposons plusieurs types de séances :

  • de l’animation (12 personnes maximum) sur la découverte de l’animal et de son environnement ;

  • des séances collectives (6 personnes maximum) avec des objectifs individuels ;

  • des séances individuelles sur site ou à domicile.

Nous travaillons également en partenariat avec le corps paramédical (kinés, ostéo).


A qui ces activités s'adressent-elles ?

Dès la petite enfance (le plus jeune ayant 3 mois), jusqu’aux séniors (le doyen a 105 ans !). Nous intervenons dans les structures médico-sociales, en EHPAD, en crèche, auprès d'assistantes maternelles, ainsi que dans des établissements accueillant des jeunes et des adultes porteurs de handicap et/ou ayant des troubles du comportement.


A savoir que les séances de médiation animale commencent à être remboursées dans certains départements mais pas encore en Gironde, malheureusement.


D’où viennent les animaux ?

Les animaux sont issus de sauvetages (abandon, abattoir, labo, élevage). Au départ c’est nous qui recherchions des animaux à sauver ; maintenant beaucoup d’associations et de particuliers nous contactent. Et bien sûr il y a les abandons sauvages qu’on peut retrouver le matin devant le portail en arrivant.



Contrairement à ce que certains peuvent penser, nous n'utilisons pas les animaux. Ce sont nos compagnons, parfois même nos propres animaux. Nous sommes avant tout dans la protection animale et respectons les besoins et les droits des animaux. Nous avons (au moment de l'interview) deux chèvres, deux moutons, sept cochons d’Inde, huit poules, quatre pigeons et onze lapins. Lorsque nous faisons des séances, tous n’interviennent pas et on essaie de faire des roulements afin que chaque animal n’intervienne pas plus de trois fois par semaine.


Tous les animaux peuvent-ils participer à la médiation ?

Non. Et nous voyons très rapidement ceux qui n’en feront pas : ce sont donc des animaux qui resteront à la ferme. Les animaux sont assez ritualisés. Par exemple, lors de séances, on va toujours installer des serviettes en microfibre bleues sur la table pour qu’ils puissent assimiler que ces temps-là sont des temps de médiation animale. Et puis il va y avoir plusieurs activités telles que la distribution de nourriture, les caresses, le brossage qui vont faire que c’est un moment plaisant pour eux.


Souvent les nouveaux animaux se calent sur les anciens. Ils reproduisent leurs attitudes. Je vous donne un autre exemple de rituel avec les cochons d’Inde : lorsque la séance est terminée, on dépose la caisse sur la table, on tapote dessus et hop, ils rentrent tous en file indienne !


Même si notre trio poule-lapin-cochon d’Inde est le plus récurrent dans les séances, chaque participant a ses affinités, ses préférences pour un animal.



Comment vit l’association ?

Principalement grâce aux prestations proposées mais aussi aux dons (financiers ou en nature) et aux parrainages. Parfois nous faisons des demandes de subvention mais le manque de fermes thérapeutiques en France ne permet pas de cocher toutes les cases, contrairement aux fermes pédagogiques, plus fréquentes.


Que faut-il avoir comme compétences pour être bénévole à Medeina ?

Déjà l'amour des animaux (rire). Pas besoin de qualification ou de formation spécifique car tous nos bénévoles sont uniquement sur la ferme et non sur les séances thérapeutiques. Actuellement nous avons tous types de profils. La médiation et les soins sont faits uniquement par Marie et moi-même.


Les recrutements se font beaucoup au feeling. On ne peut pas se permettre de faire confiance à n’importe qui.


Des envies et projets à nous annoncer ?

Oui ! Nous aimerions nous agrandir et accueillir plus d’animaux, plus d’espèces, comme les cochons ou les vaches en partance pour la boucherie.


Actuellement nous n'avons qu’une partie du terrain mais nous attendons prochainement l’accord de la mairie pour pouvoir utiliser l’autre partie et accueillir des équidés.

L'emplacement est idéal : toutes les fermes thérapeutiques sont surtout dans l’Est girondin et le Sud Gironde.


Infos pratiques

Medeina - médiation animale ferme refuge thérapeutique à Eysines

06 19 77 00 75 


 

Propos recueillis par Lydia Besse

Photos (c)Medeina

Comments


bottom of page