top of page

Les quartiers de Parempuyre et leurs secrets

Dans cette suite, beaucoup d'odonymes correspondent aux très nombreux lieux-dits de Parempuyre.

La référence pour cet article est la brochure « Parempuyre sa Mémoire » sur laquelle, les quartiers de Parempuyre avaient été étudiés.

Afin de localiser « géographiquement » les différentes rues, jai « découpé » Parempuyre en 4 secteurs.


Secteur 1

NORD : Limite nord de la commune

SUD : Rue des Palus

OUEST : Rue de Ségur

EST : Le fleuve Garonne


Rue du Port de Lagrange : autrefois port royal de Parempuyre pour l'embarquement des denrées (par opposition au port de Cadillac aujourdhui disparu qui était le port paroissial).

Rue de Grattequina : écrit « Gratte qui n'a » sur un plan de la ville de 1843, elle pourrait signifier qu'il fallait gratter beaucoup le sol argileux pour le cultiver.

Allée du Flamand : conduit à l'ancienne demeure de Jacob Alefsen qui a reçu la partie nord des marais en paiement de sa contribution à l'assèchement des marais (l'autre Flamand Aubin Jelmers ayant reçu la partie Sud : Bordes) - voir notre article sur les marais.

Allée de Bordes : au singulier « borde » a le sens de bâtiment agricole, bergerie, au pluriel le sens de hameau.

Rue des Palus : ce sont des terres d'alluvions.

Rue du Bois de Lartigue : artigue= défrichement.

Rue d'Olives : ne cherchez pas un lien avec le fruit, mais plutôt avec un petit coquillage de l'océan Atlantique qui aurait pu migrer dans la Garonne avec les marées.

Allée du Marais : les marais représentent presque la moitié de la superficie de la commune (1000 ha sur 2120 ha).

Rue des Ardillères : nom de la métairie (aujourdhui en ruines).

Allée du Laubas : (du latin albaris) saule blanc.

Chemin du Casse : c'est le chêne en gascon.

Rue de la Fontanille : désigne une petite fontaine ou une propriété où coule une petite source.

Allée du Vigneau : c'est une petite butte plantée de vignes mais aussi un petit coquillage genre bigorneau (voir rue d'Olives).

Rue de Caillavet : vient de caillou, ce serait un lieu de terres cultivables sur des graves

Rue de Ségur : du nom de la seigneurie de la famille de Ségur.


Dans le secteur 1, on retrouve également des rues dédiées aux poètes : Neruda, Prévert, Lamartine, Baudelaire et de Saint-Exupéry (à la fois poète, écrivain et pilote de guerre).

Parempuyre - plan de Cassini

Secteur 2

NORD : Limite nord de la commune

SUD : Avenue Durand Dassier

OUEST : Rues de Macau / Bordeaux

EST : Rue de Ségur


Impasse des Filles : il s'agit des Filles de la Charité au service des malades, des personnes handicapées, des orphelins et des personnes âgées.

Rue du Villa : nom ancien pour une ferme ou une propriété agricole (au masculin !).

Rue de Fontanieu : fontaine, source (voir rue Fontanille).

Rue de Vassivey : évoque le berger qui garde ses brebis.

Allée de Sapierre : référence à une ancienne famille (descendants encore parempuyriens de nos jours).

Rue de Gaillard : brave dans le sens de courageux.

Allée de Cheyton : chaise, mais fait aussi référence aux bergers qui gardaient assis leurs brebis.

Rue de l'Église : un détail concernant cette rue, elle a été coupée en 2 par la construction du réfectoire de l'école Libération.

Allée du Centre : partait de la Place du centre (rue Henri Founeau actuelle)


Dans le deuxième secteur, on trouve le Lotissement de la Lisière du Vignoble et ses rues à dominante historique avec les grands résistants et militaires (Moulin, Fabien, Malraux, Leclerc, de Larminat, de Lattre de Tassigny) et les héros de la Seconde Guerre Mondiale (voir article précédent sur les rues de la ville) ; pour Fontanieu, plus récent, des femmes célèbres contemporaines ont été choisies : Veil (femme politique), Aulenti (architecte) et Boucher (aviatrice).

Eglise de Parempuyre (vue aérienne), année inconnue

Secteur 3

NORD : Rue des Palus/Avenue Durand Dassier/ Rue de la Gare

SUD : Limite sud de la commune

OUEST : Limite ouest de la commune

EST : Le fleuve Garonne


Allée des Tourbières : dans une zone humide, sol constitué de dépôts de tourbes.

Allée des Obiers : (obiers = saules).

Rue de la Vieille Eglise : première église de Parempuyre construite à la Renaissance contre le bâtiment du Vieux Logis.

Rue de l'Ancienne Poste : bâtiment occupé par ce service jusqu'en 1988 (actuellement la maison des jeunes).

Rue de Gossemot : nom d'une métairie de l'un des plus anciens hameaux de la commune dont les maisons étaient destinées aux ouvriers construisant le château Pichon.

Avenue de la Forêt d'Arboudeau : lieu où les arbres se plaisent (de arboulin, qui plait à l'arbre).


Un secteur de lotissements avec La Vieille Eglise et ses oiseaux (Mésanges, Râle, Courlis, Pluviers, Sarcelles, Bécassine, Héron, Colverts et Vanneaux) et de végétaux (Magnolias, Obiers, Violette, Tourbière et Cyprès chauves) ; ceux du Château, plus littéraires (Mauriac, Montaigne, de Noailles, de Ronsard, Villon, Hugo, Chénier, Marot, du Bellay, de La Boétie, Camus, Verlaine et Daudet) ; ainsi que La Forêt dArboudeau, picturale (Bazille, Bauchant, Bellini, Toulouse Lautrec, Rembrandt, Gauguin, Pissaro, Renoir, Cézanne).

Parempuyre, avenue Durand Dassier - 1940s

Secteur 4

NORD : Limite nord de la commune

SUD : Limite sud de la commune

OUEST : Limite ouest de la commune

EST : Rues de Macau / Bordeaux


Chemin du Lauga : du gascon augar = terrain marécageux.

Rue du Bourdillot : vient de bourdieu, planté de vignes.

Rue de Landegrand : grande lande.

Allée du Moulin de Landegrand : chemin menant à l'ancien moulin à vent.

Allée de la Naoude : nom patois - creux d'eau (mare, étang)

Chemin des Courrèges : champs étroits et longs.

Rue de Bigeau : nom d'une métairie au XVIIIème siècle.

Rue du Lugat :  lugue = vieux bois.

Allée des Brandes : vastes étendues de terrain stérile où l'on ne trouve qu'ajoncs, bruyères, genêts, etc.

Rue du Crébadin : nom en patois - endroit très sec où la végétation « crevait » par manque d'eau.

Rue du Procurayre : nom en patois - procureur (qui aurait habité au n°4).

Rue de Bel Air : expression occitane "bel aira", signalant une « grande aire » destinée aux troupeaux lors des transhumances.

Rue de l'Usine : menait au début du siècle à une usine d'équarrissage destinée à utiliser à des fins agricoles, tous les animaux morts ou vivants impropres à l'alimentation humaine.

Allée Carrière de Bos : bosc = forêt, chemin empierré menant à la forêt.


Pour ce dernier secteur, on trouve quelques dénominations géographiques « locales » avec Aquitaine, Gascogne, Guyenne et Médoc ainsi que des végétaux (Chênes, Vignes, Brandes, Genêts, Acacias, Bouleaux et Saules) et notre devise républicaine « à compléter » (Liberté et Fraternité).


- Par Dominique Gravois


Comments


bottom of page