top of page

Les Streetcoteuses, saison 1 épisode 1 - La bande à Marina

Suivez la chronique spéciale sur cette association solidaire en vous abonnant à La Gazette Médopolitaine, c'est gratuit !


Elles se réunissent un dimanche par mois, font cliqueter les aiguilles, les crochets et les machines à coudre, échangent des trucs et astuces, se montrent mutuellement leurs créations, commentent, complimentent, rigolent et pique-niquent. Ce sont les “Streetcoteuses”. 



Qui sont les Streetcoteuses ?

Les “Streetcoteuses” est le nom d'une association caritative dont le but principal est d’aider les plus démunis en leur distribuant les ouvrages réalisés par les bénévoles. Mais les Streetcoteuses sont surtout toutes ces bénévoles qui donnent généreusement de leur temps, partagent leurs connaissances et mettent à disposition leurs compétences pour la réalisation de nombreux ouvrages.


Marina DUMAS, la fondatrice de l'association a eu l’idée de la créer en 2021. C’est en aidant sa grand-mère à tricoter des écharpes ou des bonnets à destination des personnes nécessiteuses de la rue Sainte-Catherine à Bordeaux et en constatant que le stock de laine récupérée et que les besoins de bénéficiaires dépassaient leur capacité de production, qu’elle lança un appel à l’aide sur les réseaux sociaux.



Appel entendu ! Et trois ans après, en avril 2024, Marina estime à plus de 130 le nombre de bénévoles contributrices. Cette démultiplication des ressources permet de couvrir un large éventail de besoins : habits chauds pour l'hiver, de bébé à l'adulte, couvertures, layette, bonnets, écharpes, gants, mitaines, chaussettes, headbands, etc.


 

 

Le nombre de bénéficiaires est hélas également croissant : étudiants, retraités, personnes sans domicile fixe, femmes seules dans la rue, mamans en maternité, etc.


Les Streetcoteuses ne distribuent plus elles-mêmes leurs réalisations, mais les confient à des intermédiaires tels que la maternité de Pellegrin, les cliniques, les maraudes, l’Ordre de Malte, les Petits Frères des Pauvres, la Banque alimentaire, l'association Féminité sans abris, les Robins des rues ou encore les Restos du cœur. Ces organisations œuvrent au plus près des bénéficiaires, connaissent leurs besoins et les font connaître aux Streetcoteuses.


Le nom de l'association combine Street (la rue) et l'activité principale des bénévoles, le tricot. Marina est fan de street art et elle souhaitait associer la création (l’art) et les ouvrages utiles à destination des personnes en grande précarité, souvent à la rue, littéralement !


Qu’est-ce qui rassemble les Streetcoteuses ?

C’est la question que j’ai posée à la douzaine de Streetcoteuses qui m’ont accueilli durant la pause pique-nique du dimanche 21 avril 2024, à la Maison des Associations de Parempuyre : qu’est-ce qui vous rassemble, pourquoi faites-vous cela, qu’y trouvez-vous ?


"Se sentir utile !" à été la réponse spontanée et quasi unanime. C’est l’esprit de partage et les valeurs de l’association qui ont séduit les bénévoles. La plupart d’entre elles en ont eu connaissance au travers d’une publication dans l’un des nombreux médias qui ont mis les Streetcoteuses à l’honneur (voir nos articles sur les Streetcoteuses en bas de page).


"Se rencontrer, profiter de cette convivialité, confient-elles gaiement. Par ailleurs le tricot est un excellent anti-stress, c’est méditatif et cela ralentit l’arthrose !" s’enthousiasment-elles.


Une peu plus tard, demandant quel à été un de leur moment fort, Marina rappelle l’émotion déclenchée par une phrase de sa grand-mère, qui œuvrait seule pour aider les autres : “Je rends le pain que l’on m’a donné”. Une reconnaissance pour l’aide désintéressée qu’elle a reçue lorsqu’elle était en grande détresse. Cette simple phrase résonne auprès de certaines bénévoles qui ont été confrontées à des difficultés ou à la maladie et qui sont reconnaissantes du soutien dont elles ont bénéficié alors.


D'où viennent les Streetcoteuses ?

De toute la Gironde et au-delà ! L’excellente communication dans divers médias a fait connaître l'association bien au-delà de la région bordelaise. Si vous êtes curieuse ou curieux, rendez-vous sur le site web de l’association à la rubrique bénévoles et une carte vous indique d’un petit cœur où trouver une des bonnes fées. Vous serez étonnés !


Toutes les bénévoles ne viennent pas aux rendez-vous mensuels. Il y a les bénévoles habitant un peu loin, celles qui sont occupées par leurs familles ou encore celles qui sont en EHPAD et nécessitent un accompagnement pour venir. Cela se fait occasionnellement ! 

A savoir : Si à date les bénévoles sont quasi exclusivement féminines, un tricoteur senior sauve néanmoins l’honneur masculin. Merci Monsieur ! La plus jeune Streetcoteuse a 16 ans, la doyenne est centenaire !

Ne manquez pas le prochain épisode : pour le plaisir !


Contacter les Streetcoteuses 


 

Par Christian Hohmann

Photos fournies par Marina Dumas + archives (c)LGM 2022


Comments


bottom of page