top of page

Mohamed Mbougar Sarr : L'homme derrière le Prix Goncourt 2021


La plus secrète mémoire des hommes a obtenu le prestigieux prix Goncourt cette année. Décryptage sur la récompense, le livre et l'auteur.


LE PRIX GONCOURT POUR LES NULS

L'académie Goncourt, créée il y a 119 ans par son éponyme Edmond de Goncourt, a décerné sa première récompense à un auteur de roman en 1903. C'est l'un des prix les plus prestigieux en France dans le monde littéraire puisque le roman (en effet le prix est presque exclusivement attribué à un livre de fiction) passe par 3 étapes de sélection. C'est donc le succès assuré pour le récipiendaire car le Goncourt est signe de gros tirage, de promo exponentielle, et de bénéfices importants pour l'éditeur. D'un point de vue littéraire c'est une consécration internationale car le livre sera traduit et exporté.


QUI PEUT GAGNER ?

Les critères pour participer :


Participation au Prix Goncourt

Écrire en français et que son roman soit publié par un éditeur francophone ayant un circuit de distribution en librairies, sont les conditions impératives pour qu'un écrivain puisse participer au Prix.

​Son éditeur devra envoyer l'ouvrage de fiction à chaque membre du jury avant le 1er septembre de la rentrée littéraire concernée par le Prix.

Important également : ce roman devra figurer dans les rayons des librairies la première semaine de septembre.


Donc pas besoin d'être renommé, un talent nouveau édité en librairie peut participer.

A noter que l'auteur doit être francophone mais pas nécessairement français (c'est le cas de Mohamed qui est sénégalais)


UN PRIX PAS CHER PAYÉ

Le lauréat gagnant reçoit un chèque de... 10€ ! Pas de difficulté budgétaire ni de mauvaise blague de l'académie, il s'agit d'un phénomène historique et monétaire. L'académie reçoit au décès des de Goncourt le fruit de leur héritage pour payer les académiciens le restant de leur vie. Or l'académie est reconnue d'utilité publique et doit par conséquent convertir cet argent en créance. Non indexé sur l'inflation, ce portefeuille se dévalue au fils des ans pour terminer à la modique somme de 50 nouveaux francs dans les années 60. Conversion à l'Euro plus tard, on arrondit à 10€. Beaucoup d'auteurs récompensés encadrent ce chèque symbolique au lieu de l'encaisser !


FAVEURS ET ÉLITISME

Beaucoup d'auteurs reconnus (Camus, Sagan, Sartre, Gide...) n'ont pas été sélectionnés et l'académie a parfois été jugée par les connaisseurs comme partiale en sélectionnant des auteurs dont les maisons d'édition étaient "affiliées" au jury. Une critique plus populaire est celle de l'élitisme. Pourtant, il n'y a pas besoin d'être célèbre pour gagner un Goncourt. C'est parfois même le contraire ; on a vu des auteurs en difficulté de percée se voir attribuer le prix, face à des géants de la littérature. Certains auteurs ont regretté de recevoir le prix, réalisant que le public lisait leur livre uniquement parce qu'il était récompensé ; le succès était donc éphémère.


PARITÉ ET DIVERSITÉ

La parité reste un problème : plus de 75% des auteurs de grandes maisons d'édition sont des hommes. Le prix Goncourt voit sa première gagnantE en 1944 (Elsa Triolet pour Le Premier accroc coûte 200 francs) et à ce jour, seulement 12 femmes ont eu ce privilège. En 118 ans. Même problème dans le jury : sur les 10 juges, 3 sont des femmes (nombre constant)

Et la diversité ? Mohamed est le premier africain à recevoir le Goncourt. La littérature en langue française par les étrangers est une belle preuve d'amour pour notre culture et certains auteurs qui se veulent polémistes et se rêvent présidents s'en réjouiront peut-être. Mohamed n'est pas le premier homme de couleur récompensé. 100 ans plus tôt, c'est le français René Maran qui représenta ce symbole d'ouverture culturelle (et de l'esprit) avec Batouala.



LA QUÊTE DE L'ÉCRIVAIN PAR L'ÉCRIVAIN

Résumer La plus secrète mémoire des hommes n'est pas mince affaire. Tout dépend du lecteur qui s'y aventure. Le voyageur se perdra sciemment dans les traversées continentales d'Europe, d'Amérique latine et d'Afrique ; le poète se gorgera du Paris de Rimbaud, du Mali de Diagho, de l'Argentine de Borges. L'hédoniste s'enivrera des quêtes de chair entre jeunes personnages rencontrés durant le parcours du protagoniste. L'historien revivra les périodes innommables comme les plus glorieuses et le philosophe se penchera sur les rapports identitaires et culturels entre l'Occident et l'Afrique.

Le lecteur curieux accompagnera le jeune écrivain Diégane Latyr Faye dans son enquête : retrouver le mystérieux auteur d'un livre acquis à Paname, Le Labyrinthe de l'inhumain. L'auteur a disparu depuis. Une histoire qui mêlera donc voyages, rencontres et introspection, le tout sur fond d'enquête digne du fameux locataire de Baker Street.

La difficulté sera pour le libraire qui hésitera entre les rayons : policier, romance, histoire, tourisme et philosophie.



UN AUTEUR JEUNE ET PASSIONNÉ

Un écrivain qui écrit sur un écrivain qui recherche un écrivain. La matriochka du roman ! On pourrait penser qu'il s'agit d'une autobiographie mais l'histoire est en fait un hommage. L'auteur de 31 ans s'inspire du romancier malien Yambo Ouologuem (lui aussi premier écrivain africain à recevoir un prix français, le Prix Renaudot)

Mohamed Mbougar Sarr nous propose ici son 5ème roman. Toujours en quête de soi au travers des autres (ses personnages) qu'elle soit identitaire dans La plus secrète mémoire des hommes, relationnelle avec un regard frontal sur l'homosexualité en Afrique dans De purs hommes, ou encore politique et actuelle avec Terre ceinte qui narre la vie quotidienne d'un village africain sous occupation islamiste. De constats sociétaux en conflits individuels et communautaires, Mohamed sait jouer de la forme Poirotesque pour intriguer et conquérir le lecteur sur des sujets si personnels, si polémiques. Une facilité de lecture qui en enchantera plus d'un et fera on l'espère avancer un peu notre société.


- par CBL


En vente chez vos libraires ou en ligne

Comments


bottom of page