top of page
manreadingnewspaper_edited.png
  • Dominique Gravois

Une date, des histoires : le 14 juillet

Quel 14 juillet est célébré ? Il est temps en 2022 de réviser son histoire de France.


Contexte - 1789

Le 5 mai 1789, réunion des Etats Généraux des 3 ordres (Noblesse, Clergé et Tiers-état). Ceux-ci se proclament "Assemblée nationale constituante" le 9 juillet (à noter que les "serfs" sont exclus de toute représentation).

Wikipedia

Le Tiers-état reste minoritaire à l'Assemblée alors qu'il représente 80% de la population. La tension dans les rues est palpable et les Bourgeois s'indignent. Des troupes royales se massent autour de Versailles et Paris, au cas où.


Le 14 juillet, les Parisiens décident de "prendre les armes" et 40 000 hommes arborant la cocarde aux couleurs de Paris (rouge et bleu) s’emparent des Invalides où l'armement est stocké, avant de se diriger vers la Bastille où se trouvent poudre et balles. Le gouverneur de la Place forte ordonne de tirer sur la foule. La reddition de la garde permet aux Parisiens de prendre possession de la poudre et des armes et de délivrer ses sept prisonniers.


par Le Campion, Joseph-Alexandre

Bilan de cette journée noire : une centaine de Parisiens tués, la garnison confisquée, le gouverneur de la Place et le Prévôt des marchands (titre à peu près équivalent au Maire de Paris) sont décapités, leur tête promenée dans Paris, au bout d’une pique. La Fayette est dès le lendemain, nommé chef de la garde parisienne.


Première fête nationale - 1790

La Fayette souhaite, pour le premier anniversaire de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1790, organiser une Fête nationale de la Fédération (association des municipalités et des gardes nationales de France) pour célébrer l’union de tous les Français. A cette occasion, de grands chantiers sont mis en œuvre à Paris :

  • Un cirque de 100 000 places est édifié sur le Champ de Mars par plus d’un millier d’ouvriers, avec la présence en guest stars (invités de marque) de La Fayette et de Louis XVI

  • Une tribune avec 83 étendards de la France entière

  • Un arc de Triomphe près de la Seine

Le 14 juillet, sur le Champ de Mars, plusieurs serments sont prononcés : La Fayette prête serment de fidélité à la Nation, à la loi et au Roi, au maintien de la Constitution et à la protection des personnes ; le Roi, à la Constitution. L’union des Français est réelle.


Fête de la Fédération - Charles Monnet

Fête officialisée en 1880

La loi du 6 juillet 1880 adopte le 14 juillet pour fête nationale. Le jour de la fête est déclaré chômé (comme certaines fêtes religieuses). La seule précision donnée par l'unique article de cette loi est que la fête nationale du 14 juillet commémore la prise de la Bastille de 1789 et surtout la première Fête de la Fédération de 1790.


Choix de la date

La République (IIIème), maintenant bien établie, souhaite la mise en place de rituels et de symboles ; les événements "révolutionnaires" semblent une continuité historique : révolutions de 1789, 1830, 1848 et 1870. Une fête nationale constituerait un événement et une fête civique mêlant peuple et armée. Pour les députés, le peuple doit y avoir joué un rôle majeur puisque tous leurs mouvements « révolutionnaires » étaient destinés avant tout à la recherche de sa liberté.


La Révolution Française et la proclamation de la Ière République (septembre 1792) ainsi que le Serment du Jeu de Paume (juin 1789) sont en lice. La date du 14 juillet est retenue puisqu’elle fait référence non seulement à la prise de la Bastille mais aussi à la Fête de la Fédération, symbole de l’union de tous les Français.


lithographie éditée par Daniel Mourgue

Le 14 juillet 1880, la France organise sa première fête nationale.

Le défilé militaire, à l’hippodrome de Longchamp, réunit des citoyens de toutes les régions de France ; des banquets républicains et des bals populaires, des retraites aux flambeaux et des feux d'artifice participent à la liesse populaire, d’autant plus importante que la fête marque également la fin du calendrier scolaire et des travaux agricoles.


Chaque fête nationale est l’occasion de réjouissances et de défilés militaires, mais certains 14 juillet ont été particuliers :


  • En 1919, l’armée entière (y compris les « gueules cassées », blessés de guerre) défile pour la première fois sur les Champs Elysées.

  • Depuis 1980, le défilé, après avoir fait quelques infidélités aux Champs Elysées, les a retrouvés.

  • En 1958, le général de Gaulle décide de faire participer les armes lourdes (symbole de la puissance militaire française) au défilé.

  • En 1978, le Président Giscard d’Estaing « inaugure » les entretiens présidentiels à la télévision (la tradition perdure depuis).

  • En 1989, pour le bicentenaire de la Révolution, de nombreux chefs d’Etat étrangers viennent assister au spectacle « la Marseillaise ».

  • En 1994, pour signifier la réconciliation franco allemande, des soldats allemands défilent avec les soldats français, pour la première fois depuis la Seconde Guerre Mondiale.

  • En 2007, les soldats des vingt-sept pays européens prennent part au défilé. Une garden-party dans le parc de l’Elysée accueille des invités prestigieux mais aussi des héros et victimes anonymes (supprimée en 2010 par le Président Sarkozy dans le cadre de sa politique d’austérité, et non rétablie depuis)


Et en 2022 ?

Le thème du défilé est « Partagez la flamme » en hommage à la flamme de la Résistance ainsi qu’à la flamme olympique (JO 2024 prévus à Paris).


L’Ukraine et les pays de l’Europe de l’Est (Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Tchéquie, Slovaquie, Hongrie, Roumanie et Bulgarie) seront mis à l’honneur lors du défilé, ainsi que des militaires médaillés olympiques. La patrouille de France fera partie du défilé aérien.

A Parempuyre Le 13 juillet : - à partir de 19h, buvette et restauration au parc de l’Art Y Show - à partir de 21h, bal animé par l’orchestre Tutti Frutti au parc de l’Art Y Show - à 23h, feu d’artifice tiré depuis la gravière rue de la Gare


Que vous soyez Parempuyriens ou Médopolitains (et privés de feu d’artifice ou non) venez !


Par Dominique Gravois



 

Ndlr : la Préfète de la Gironde a alerté sur le risque d'incendies (trois en cours en Gironde à l'heure de la mise en page de cet article) et annule le tir de feux d'artifices dans une centaine de communes dont Arsac, Le Taillan, Le Pian et Macau.


capture d'écran d'une vidéo par SDIS33)



ESPACE PUB

bottom of page