top of page

Parempuyre : AFL-Ascopa, de l'accompagnement scolaire à l'autonomie de vie


16h, j'arrive à l'Athénée Municipal où se trouvent les locaux d'AFL-Ascopa. Le goûter se prépare pour l'arrivée des enfants (primaires/collège). Rencontre avec l'équipe de l'association aux objectifs qui dépassent le scolaire.

 
L'arbre de vie de l'association

UNE ASSOCIATION QUI RENAIT DE SES CENDRES

Ascopa (comprenez association scolaire de Parempuyre) proposait initialement du simple soutien scolaire. L'association vit le jour en 2005 grâce aux salariés d'une autre association de soutien scolaire, Mélusine, qui déposa le bilan en 2004, laissant une centaine d'adhérents orphelins.

Ascopa naît donc des cendres de Mélusine, et se développe au fil des ans, avec depuis 2010 Marie-Noëlle Vidal à la tête du Bureau. Aidée de sa secrétaire, Marie-Noëlle demande toutefois de l'assistance pour la soulager dans l'administratif. Elle contacte la CAF (Caisse d'Allocations Familiales) et le CDAFAL 33 (Conseil Départemental Associations Familiales Laïques). Ascopa s'affilie et devient alors AFL-Ascopa.


QUID DE LA FEDERATION DES ASSOCIATIONS FAMILIALES LAÏQUES

L'affiliation permet plusieurs choses : une aide comptable et un accès à des aides pour financer des contrats de travail et des services civiques par exemple. Il faut en contrepartie respecter une convention avec le CDAFAL, et une charte et un référentiel avec la CAF. Cette dernière a modifié son référentiel récemment et les objectifs de l'association se sont adaptés de facto : il a fallu tout réorganiser. Mais la passion et les projets de Marie-Noëlle ont aidé, et l'accompagnement scolaire reprend vie après deux années difficiles sanitairement. "Nous sommes depuis notre affiliation un service d'accompagnement scolaire et non plus de soutien scolaire, nous apprend Marie-Noëlle. Cela signifie que ce sont la plupart du temps les enseignants qui réfèrent les enfants à notre structure afin de leur apporter une aide complémentaire. Ces enfants rencontrent des difficultés scolaires et/ou familiales qui ont un impact négatif sur leur apprentissage et leur développement."


l'éducation, outil de liberté - Pixabay

LES CONTRATS LOCAUX D'ACCOMPAGNEMENT À LA SCOLARITÉ

La CAF explique : c'est "l'ensemble des actions visant à offrir, aux côtés de l’Ecole, l’appui et les ressources dont les enfants ont besoin pour réussir à l’Ecole, appui qu’ils ne trouvent pas toujours dans leur environnement familial et social."


Le référentiel, consultable en ligne ICI, indique les modalités, pas toujours faciles à suivre pour les associations, notamment par manque d'accompagnateurs :

  1. "la définition de la notion de « collectif d’enfants » : un collectif d’enfants est un groupe constitué de 8 à 12 enfants maximum qui se réunit durant toute l’année scolaire dans un même lieu, accessible aux parents ; 

  2. les modalités d’encadrement des enfants au sein de ces collectifs : chaque collectif est encadré et animé par 2 animateurs professionnels et/ou bénévoles ; 

  3. la définition de la durée minimum d’une action Clas en direction des enfants et des jeunes : deux séances hebdomadaires d’une heure 30 [sic] par séance sont proposées pour chaque collectif, sur une période de 27 semaines de fonctionnement annuel, afin de favoriser la progression des enfants et des jeunes.

En milieu rural, en raison de la spécificité territoriale et notamment des problématiques liées à la mobilité, sont acceptés :

  • un nombre minimum de 5 enfants au sein d’un collectif d’enfants ;

  • un animateur pour les collectifs inférieurs à 8 enfants ;

  • une séance hebdomadaire de 2 heures minimum. "

LES DEVOIRS, MAIS PAS QUE

16h45, les primaires arrivent pour jouer au ballon avant de goûter avec l'ensemble de l'équipe d'Ascopa. Un moment d'échange, de pause bien méritée avant d'attaquer les devoirs. "Le soutien scolaire fait partie intégrante de notre mission, explique Marie-Noëlle, mais ce n'est qu'un des temps utilisés : ajoutez la construction sociale de l'enfant, une approche méthodique de l'apprentissage qui fonctionne sans l'épuiser après sa journée déjà bien remplie, et des projets créatifs adaptés."

Les collégiens sont moins nombreux cette année. "On a huit inscrits contre vingt-cinq l'an dernier. Difficile de savoir ce qui a provoqué cette diminution, mais il est vrai qu'avant le nouveau fonctionnement, nous les accueillions à partir de 15h contre 17h15 aujourd'hui pour le Clas." La COVID a t-elle joué un rôle de procrastination ?

Publicités


LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES CHEZ LES ENFANTS

Les problématiques ont changé : il s'agit moins de troubles graves du comportement ou d'éducation, et davantage de déficits de l'attention sur la durée, ou de contraintes extérieures à l'enfant. "Par exemple, avant nous pouvions rencontrer des enfants avec des troubles "dys" [‎troubles cognitifs spécifiques : dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, dysphasie, dyscalculie, ndlr] et devions faire le lien avec les familles, l'école etc. Maintenant, je ne sais pas si cela est dû à une meilleure sensibilisation des enseignants mais ces enfants arrivent chez nous avec une prise en charge déjà en place", se félicite la Présidente de l'association. Les enfants en situation de handicap ont également leur place ici. Il y a aussi une réalité culturelle et migratoire et de nombreux enfants venant à Ascopa sont allophones [quand la langue du pays ou de la communauté où l'enfant se trouve n'est pas sa langue maternelle, ndlr].


LA CRÉATIVITÉ A L'HONNEUR

En plus de la dimension scolaire, l'association développe le lien social et la participation des enfants via des activités créatives : "Les enfants ont réalisé cet arbre mural récemment, et ils vont réaménager le coin lecture afin de se le réapproprier, explique Marie-Noëlle. Nous avions un petit journal interne, la Gazette [rires] que nous avons mis de côté pendant quelques années mais que je souhaite remettre à jour en incluant des écrits réalisés par les enfants."

L'enfant au centre de l'éducation est donc plus autonome et proactif. Les parents sont aussi invités à s'investir quand faire se peut. Une maman dont l'enfant est membre d'Ascopa vient une fois par mois faire du soutien scolaire. Une façon de remercier cette aide précieuse en offrant du temps en retour. Marie-Noëlle aimerait également instaurer des "cafés-parents", un moment convivial durant lequel les parents participent au projet éducatif de leur enfant.

la créativité, moteur d'intégration - Pixabay

LES DÉFIS DE L'ASSOCIATION

"Nous avons actuellement une salariée, un service civique et quatre bénévoles, Bureau compris.

Chers lecteurs de la Gazette, nous avons un contrat de 20 heures à pourvoir, un service civique supplémentaire vacant et recherchons des bénévoles pour optimiser l'aide apportée aux enfants. Les accompagnateurs sont une aide précieuse : une de nos bénévoles est une ancienne institutrice et s'occupe de nos CP. Mais tous les profils sont étudiés. Et puis nous allons reprendre les sorties, interrompues avec la COVID. En avril, pendant les vacances, les enfants vont aller à Cap Sciences et au cinéma."

Le rôle est varié et surtout enrichissant, n'hésitez donc pas à rencontrer l'équipe, un rôle salarié comme bénévole est un vrai tremplin professionnel ! Quelques heures par mois suffisent à aider l'association.

"Nos bénévoles comme les salariés bénéficient de formations financées, et dispensées par la Ligue de l'enseignement.

Le rapport avec les écoles est très bon. Cela a pris du temps mais nous avons eu des directeurs qui nous ont tout de suite inclus dans le paysage éducatif, comme MM. Gravois et Boisset. La directrice de Madeleine Brès distribue même nos flyers à chaque rentrée scolaire !"


JE VEUX INSCRIRE MON ENFANT

Contacter l'association est un premier pas utile. Les non Parempuyriens sont bienvenus. Le Bureau, dans un souci d'inclusion a réussi à diminuer les coûts de moitié ; de ce fait, l'adhésion familiale est de 19€ pour l'année, et le montant est dégressif si vous adhérez en cours d'année. Avoir une adhésion par famille permet aux fratries de l'enfant inscrit de participer à certaines sorties. Il y a également une participation annuelle basée sur le quotient familial et le niveau scolaire : pour les primaires 50 à 60€ par an et pour les collégiens, 60 à 70€ l'année.


C'est avec une envie de soutenir activement Ascopa que je rejoins la Gazette mobile. L'association a besoin de monde !

Une chose est sûre, la Gazette (la nôtre !) va proposer de faire de petits ateliers sur les métiers de la presse et d'écriture avec en prime un ou plusieurs articles réalisés avec les enfants et publiés dans la "grande" Gazette ! Et vous, que pourriez-vous apporter à AFL-Ascopa ?


- Propos recueillis par C.BL


AFL ASCOPA SUR FACEBOOK


AFL ASCOPA sur place

Athénée Municipal, 17 rue Camille Montoya 33290 PAREMPUYRE 06 64 67 74 86 afl-ascopa@hotmail.fr



Comentarios


bottom of page