top of page

Portrait de bénévole : Dominique GRAVOIS, l'expert du local


La Gazette a décidé de mettre ses bénévoles en lumière, car ce sont les fourmis qui font tenir la fourmilière ! On continue avec Dominique Gravois, rédacteur, spécialiste du patrimoine et de l'histoire locale, et du sport !

Dominique à gauche (photo Facebook USPH)

La Gazette de Parempuyre (GP) : Bonjour Dominique, peux-tu te présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Dominique (DG) : Je m’appelle Dominique Gravois, je suis né il y a 69 ans dans un café-restaurant de notre commune (actuelle Ecole Municipale d'Art). Je suis marié, j’ai deux filles et trois petits-enfants. J’habite Parempuyre, ville à laquelle je suis très attaché. Je l’ai vue passer de petit bourg de campagne à petite ville, les anciennes familles avec lesquelles nous étions presque tous parents à des degrés divers se sont agrandies, et un brassage de population avec de nouvelles familles continue de dynamiser la ville. Les constructions se sont développées, mais subsistent encore quelques « vestiges » préservés de la campagne (marais, jardins, vaches, oiseaux, etc.).


GP : Quel est ton parcours professionnel ?

DG : Il est simple : je suis resté 51 ans à l’école ! il peut se résumer à une phrase : « j’ai bouclé la boucle ». Entré à l’école à 6 ans à Parempuyre (et oui, pas de maternelle à l’époque), j’en suis sorti à 57 (!), comme directeur d’école dans la même commune.

J'ai fait quelques détours par Bordeaux (l'école des gens du voyage Cruse - aujourd’hui disparue et remplacée par le golf de Bordeaux - et l'école élémentaire du Lac II aux Aubiers) et le Pian-Médoc (l'école élémentaire Les Airials) avant de revenir et finir ma carrière à Parempuyre à l’école élémentaire Jean Jaurès de 1999 à 2010.


GP : Quelle est ton expérience associative ?

DG : Ma vie est rythmée par le bénévolat, auquel j’ai consacré plus de 50 ans. D’abord à l’école de football local (C.A.P à l’époque). Puis j’ai eu la chance de faire partie des jeunes Parempuyriens qui ont construit le Club Cheyton et qui l’ont animé. J'ai ensuite passé 30 ans au handball à l’USP avec une interruption de 8 ans (2003-2010) pendant ma fonction de Directeur d’école à Parempuyre mais en poursuivant mon investissement depuis 1977 dans le sport scolaire. A la retraite, je suis retourné dans ma « seconde famille » (USP Handball) pour 10 ans. Enfin, depuis 2021 : la Gazette !

Equipe senior garcons 1975-76 - site USPH

GP : Comment as-tu connu la Gazette et qu'est ce qui t'a plu et te plait chez elle ?

DG : J’ai connu la Gazette par les réseaux sociaux et ma première « rencontre physique » s’est faite lors du Forum des Associations. La Gazette représentait, pour moi, tout ce que j’aurais souhaité mettre en place. Depuis mon expérience au club Cheyton où un journal (le Cheytonjamétout) avait été édité pendant quelques numéros, l’envie de renouveler cette « ouverture » vers tous les Parempuyriens était là mais le courage lui, non. La volonté de la Gazette de s’engager pour et avec les Parempuyriens pour les informer sans polémique, ni politique politicienne et partisane rejoignait mes aspirations. L’engagement de Celine, notre présidente/fondatrice, même si elle n’est pas née ici, pour et avec les Parempuyriens, m’a convaincu de rejoindre les bénévoles de la Gazette.


GP : Que penses-tu apporter à la "Team" et à l'association ?

DG : Quelques recherches avec ma maman, lors de sa participation à la rédaction de l’ouvrage  « Parempuyre… sa mémoire » ont accru mon attachement à notre commune et j’espère notamment aider les Parempuyriens à travers la Gazette à mieux connaître son passé et à développer le mieux vivre ensemble, dans le respect et la bonne humeur.

La Team - Noël 2021

GP : Une critique/observation à faire sur la Gazette ?

DG : Ce sera plutôt le cri du cœur d’un bénévole. La Gazette est une association de bénévoles et comme le montre mon parcours, j’ai érigé le bénévolat au rang de sacerdoce et je ne peux accepter que les bénévoles, de quelque association que ce soit, ne puissent « exercer leur ministère au service des autres » sans tracasseries ni jalousies.

Mon souhait est que chacun prenne conscience, avant que ceux-ci ne se découragent, du rôle indispensable des bénévoles au sein de notre commune.

 

GP : Tu as d'ailleurs fait un article à ce sujet que nous partageons ici pour les lecteurs et ceux qui désirent franchir le pas du bénévolat.


Merci Dominique pour tes connaissances de notre commune et ton engagement. Prochaine entrevue, prochain bénévole : Lydia Besse.


- La Team

Comments


bottom of page