top of page

LE SAVIEZ-VOUS ? etc.


Aux armes et caetera.

Non, Gainsbourg n'a pas inventé cette locution adverbiale. Mais on l'aime et il nous manque na ! Il permet d'introduire ce qui suit...


ORIGINE ET DÉFINITION DE « ET CETERA »

« Et cetera » ou « et caetera » (les deux orthographes sont correctes) est une locution latine qui provient de « et cetera desunt » qui signifie « et d'autres choses manquantes ». On pourrait donc la définir par : « et le reste, et ainsi de suite ».

Non ce n'est pas "excetera" et NON ce n'est pas ECT !


Cette locution (groupe de mots) était, jadis, utilisée surtout dans les affaires juridiques : les notaires et les hommes de loi y avaient beaucoup recours pour alléger leurs cordes vocales toujours en mouvement à force de citer d'innombrables textes de loi !


En résumé, on l'emploie pour terminer une phrase et lui éviter une lourdeur et un ralentissement de rythme (qui ennuierait la personne à qui l'on s'adresse) tout en signifiant une liste d'éléments.

Pi est un bel exemple mathématique de l'intérêt de etc.

ETC.

Dans une énumération, elle est précédée d’une virgule et suivie d’un point.

Attention : le point ne veut pas dire que la phrase est finie. Il ne faut pas mettre de majuscule après l'emploi de « etc. » si la phrase continue ensuite.

Enfin, si « etc. » se trouve en fin de phrase, on n’ajoute pas d’autre point : le point abréviatif et le point final ne font qu’un !

Version vieux français : &c.

« etc... » est incorrect. Mais on le fait tous.

Cette expression a le même sens que les  points de suspension « ... ». Si l’on veut vraiment indiquer qu’une liste se poursuit, “etc.” semble plus approprié car les points de suspension peuvent également marquer un sous-entendu... et les réseaux sociaux en sont remplis !


RECOMMANDATION

En ce qui concerne son utilisation, évitez d'employer « etc. » à la fin d'une liste de personnes (noms propres) ; cela peut être mal vu puisque vous omettez de citer les noms des personnes. On peut penser qu'elles sont de moindre importance.


Exemple :

Les bénévoles de la Gazette : Celine, Emilie, Valérie, Flora, Lydia, Marina, Martine, Pascale, Sonia, etc. vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d’année. (grrr et Dominique alors !? On a oublié son prénom !)


À l’écrit, un seul « etc. » suffit.

C’est uniquement à l’oral que le mot est répété deux fois pour insister sur le caractère répétitif de ce dont on parle :


Il a fait ci, il a fait ça, et cetera, et cetera.


MORALES DE L'HISTOIRE

Morale 1

Il est plus sage d'et ceterer avant de palabrer

afin d'économiser les vocalises, et

de prévenir tout endormissement,

par respect pour vos pairs et vos enfants.

(Malaise, par CBL)


Morale 2

Ouvrez le Larousse plutôt que le Gougueule :

(les larmes montent)


- Article écrit par etc.

Comments


bottom of page