top of page

Une date, des histoires : le 15 août

Bison Futé (créé en 1968) voit généralement rouge voire noir pour le week-end du 15 août. Profitant de cette rallonge du jour férié, des "vacanciers de week-end" viennent augmenter le flot des aoûtiens créant ainsi d’interminables files de voitures sur la route des vacances, notamment en direction de la mer. Mais pourquoi le 15 août est-il férié ?


Est-ce pour célébrer la date de la bataille de Roncevaux (778), du début du débarquement en Provence (1944) ou de la capitulation du Japon (après Hiroshima le 6 août et Nagasaki le 9 août 1945) ? Non, rien de tout cela.

En France, le 15 août est férié depuis 1638 ; pour les chrétiens il s’agit de la fête de l’Assomption.


Ne pas confondre Ascension et Assomption

L'Assomption et l'Ascension sont très souvent confondues. Ces deux mots se ressemblent et désignent tous les deux la montée au ciel, de la Vierge Marie dans le cas de l'Assomption et du Christ dans celui de l'Ascension.


Pour les distinguer voyons leur origine latine. 

  • Assomption vient du verbe assumere, "enlever". On parle de l’Assomption de la Vierge Marie car c’est Dieu qui l’aurait attirée au ciel pour qu’elle soit auprès de lui.

  • Ascension, du verbe ascendere, "monter". Jésus aurait rencontré une dernière fois ses disciples quarante jours après sa résurrection à Pâques. Il serait alors monté au ciel sans aide divine.

Petit moyen mnémotechnique pour ne plus les confondre : assomption comporte un "m" comme Marie !


La date de l'Ascension varie chaque année mais tombe toujours un jeudi, 40 jours après Pâques. L’Assomption quant à elle est célébrée par les chrétiens à une date fixe, le 15 août. Cette commémoration était déjà une fête chrétienne instaurée par l'empereur Maurice, dans son empire byzantin, au VIe siècle, sous le nom de "fête de la Dormition de la Vierge Marie" (mort de la Vierge) et accompagnée de processions.

Partie d'une fresque à Rome par Aiuto del Pinturicchio (15e siècle)

Mais alors, d’où nous vient cette fête de l’Assomption en France et pourquoi le 15 août est-il férié ?


Le 15 août, jour férié

C’est lors de son règne, que le roi de France Louis XIII (1601-1643), fils d’Henri IV et de Marie de Médicis, très croyant, remet cette fête à l’honneur en France, le 10 février 1638.

Le roi attend depuis 22 ans, avec son épouse Anne de France, la venue au monde d’un héritier mâle pour lui succéder. Il aurait d’abord consacré (rendu sacré en dédiant à la Vierge) sa personne à la Vierge Marie, avant de l’implorer de lui donner un héritier et demandé à tous ses sujets d’organiser des processions en son honneur.


Peinture de Philippe De Champaigne, 1638

Trois neuvaines (prières portant sur un souhait et répétées neuf jours de suite) sont dites du 8 novembre au 5 décembre 1637. Des processions dans les paroisses sont organisées le 15 août.

Une grossesse ne tarde pas pour Anne de France. Dès sa confirmation, Louis XIII publie, le 10 février 1638, l’Édit officiel qui consacre cette fois solennellement la France à Marie. Le 5 septembre 1638 naît enfin le petit Louis, qui deviendra Louis XIV.



Pour remercier la Vierge d’avoir "exaucé ses prières", il rend le 15 août férié et fait organiser des processions en France en l’honneur de la Vierge Marie chaque 15 août, très souvent suivies de festivités. L’Assomption est, comme l’Ascension, la Toussaint et Noël, l’une des quatre fêtes chrétiennes légalement fériées.


Mais le 15 août est un jour férié ordinaire, l’employeur peut imposer à ses salariés de venir travailler ce jour-là (sauf dispositions contraires dans les conventions collectives de l’entreprise ou maladie, blessure, etc.).


Le 15 août, jour de célébrations et festivités

C'est une journée très importante pour les croyants et les pratiquants, les processions du 15 août sont devenues une tradition. Chaque année à Lourdes, pour la messe du 15 août, plus de 10 000 pèlerins sont attendus dans la grotte de Massabielle, où, en 1858, la vierge est apparue à Bernadette Soubirous, une jeune bergère..



Le 15 août est l’un des temps forts de l’été, avec des fêtes de village, bals populaires, feux d'artifices, concerts, etc. Au bord de la mer s’y ajoutent des bénédictions de bateaux dans les ports ou sur les plages.


Le 15 août, curiosités

De 1806 à 1813, le 15 août a été choisi pour être le jour de la fête nationale en France (le 14 juillet décrété Fête nationale seulement en 1880, voir notre article à ce sujet). C’est le Pape Pie XII qui officialise le terme d’Assomption le 1er novembre 1950 (alors que le terme Ascension existe dans l'Evangile). L’église protestante rejette d’ailleurs cette fête, puisque non inscrite dans l’Evangile.


Le week-end du 15 août

Voici quelques conseils de Bison Futé pour éviter les bouchons le week-end précédant le 15 août.

N’hésitez pas à partir de nuit ou très tôt le matin, en vérifiant préalablement l’éclairage de votre véhicule.



Le week-end du 15 août est "traditionnellement" meurtrier ; pensez à respecter les limitations de vitesse, les distances de sécurité et la pause toutes les deux heures. Et en cette période de fortes chaleurs, hydratez-vous régulièrement.

Pour les automobiles équipées de GPS, certaines possèdent une fonction "info trafic" ou embouteillages, n’hésitez pas à utiliser ces fonctions qui indiquent l’état du trafic et recalculent immédiatement un autre itinéraire pour contourner les bouchons.

N’hésitez pas à sortir des autoroutes pour emprunter la nationale, voire la départementale (trajet souvent plus long en distance, mais moins long en temps, sans oublier une consommation de carburant inférieure).


Appel aux juilletistes et aoûtiens

Pourquoi ne feriez-vous pas, dès votre retour et par notre intermédiaire, profiter de vos images de vacances et de vos souvenirs, ceux qui sont restés dans la Médopole ?


Fidèles lecteurs de la Gazette médopolitaine, bonnes vacances et revenez-nous bronzés, reposés et en pleine forme.


Par Dominique Gravois

Photos libres de droit

Note de la rédaction : cet article (comme tous nos articles traitant de fêtes d'origine religieuse) se base sur les recherches historiques officielles ; il décrit ce que les Français célèbrent, dans le respect des croyances de chacun, sans apologie religieuse, ni parti pris, ni affirmation factuelle de ces croyances. Nous espérons que nos lecteurs apprécieront l'effort informatif, quelque soit la religion à l'origine de la célébration traitée. Celine Blanchet Lopez, directrice des publications presse.gazette@gmail.com



Comments


bottom of page